Standard téléphonique  03 88 06 33 33
Rechercher  

News


Lancement du projet d'Extension du Bâtiment Médico-Chirurgical du CHH

Lancement du projet d'Extension du Bâtiment Médico-Chirurgical du Centre Hospitalier de Haguenau


Ce sera sans doute LE projet d'investissement majeur en Alsace du Nord de ces prochaines années !


Le projet d'Extension du Bâtiment Medico-Chirurgical du Centre hospitalier de Haguenau a été lancé symboliquement et officiellement ce jeudi 19 janvier dans le cadre de la première réunion du Comité de pilotage. Réunissant Mme Josiane CHEVALIER Préfète de la Région Grand Est, M. Christian MICHALAK Sous-Préfet de l'arrondissement de Haguenau-Wissembourg, M. Claude STURNI Président du Conseil de surveillance et Maire de la Ville de Haguenau, M. Frédéric CHARLES Délégué territorial de l'ARS, M. Mathieu ROCHER Directeur de la Coopération hospitalière Nord Alsace, M. le Dr Yves DIMITROV Président de la Commission Médicale d'Etablissement, MM. Sylvain GROB et Julien BLETTERER Directeurs adjoints à la qualité, aux travaux et aux finances, le COPIL permettra de baliser le déroulement du projet, le suivre dans ses grandes étapes, d'en définir la méthodologie, le calendrier, le financement...


Ce projet, de près de 75 millions d'euros consiste en la construction d'environ 9000m² d'extension du Bâtiment principal et de gériatrie ainsi que la rénovation quasi complète du bâtiment existant, datant d'une quarantaine d'années.


Les objectifs sont multiples :

  • faire évoluer l'offre de soins parallèlement aux besoins des habitants par la création de nouvelles activités (neuro vasculaires, oncologie, soins post urgences, ...),
  • augmenter le nombre de lits (+ 48),
  • créer un maximum de chambres individuelles (pour passer de 1/3 à près de 90%),
  • compléter l'offre sanitaire territoriale en complémentarité des établissements partenaires.


Son achèvement est prévu pour 2028, après 3 ans de travaux qui concrétiseront le colossal travail préalable basé sur l'expertise de l'ensemble des équipes du CHH.

 

Des besoins, des projets ... et des réalisations


Le Copil a aussi été l'occasion d'aborder les enjeux, contraintes et défis qui se posent actuellement à l'Hôpital public et au territoire d'Alsace du Nord. Il a été suivi d'une visite sur le terrain pour visualiser l'avancée de deux chantiers majeurs de près de 4 millions d'euros qui touchent à leur fin :


  • la création d'une 4eme salle de cardiologie interventionnelle qui ouvrira dans un mois
  • l'extension de 4 chambres en Réanimation/soins critiques qui devrait être opérationnelle d'ici septembre, intégralement équipées (lit, matelas, table de lit, chariot de soins et armoire) grâce aux crédits « Investissements du quotidien 2021 », financements alloués par l'ARS Grand-Est au titre du Plan national de relance et de résilience (PNRR) financé par l'Union Européenne – NextGenerationEU.

  

       

 

Des réalisations qui visent à accompagner l'augmentation conséquente des activités, au sein d'un hôpital qui joue un rôle majeur de premier recours sur son territoire et qui contribueront à améliorer non seulement la qualité de la prise en charge des patients ainsi que les conditions de travail des équipes.

 

Testimoniaux


« Donner des moyens et des perspectives à des établissements qui ne sont pas des CHU mais qui jouent un rôle très important pour le territoire comme le Centre Hospitalier de Haguenau », c'est le message fort qu'a tenu à faire passer Mme CHEVALLIER, Préfète de la Région Grand Est.

« C'est également une reconnaissance importante pour la communauté hospitalière qui a fait preuve d'une incroyable résilience face à la crise sanitaire et qui a su en tirer les enseignements, notamment dans la conception de ce projet » a ajouté M. STURNI, président du Conseil de surveillance.

Pour M. CHARLES, délégué territorial de l'ARS « ce projet participe à créer les facteurs d'attractivité pour l'hôpital mais plus largement pour tout le territoire Nord alsacien ».

« Une attractivité qui agira aussi sur notre capacité à attirer de nouveaux soignants, car un tel projet n'a de sens que s'il s'accompagne d'un renforcement des personnels hospitaliers – terrain sur lequel nous travaillons par ailleurs, notamment par l'augmentation des quotas dans les instituts de formation d'infirmiers et aides soignants » a précisé M. ROCHER directeur du Centre hospitalier de Haguenau.

 

  

 



Epidémie de bronchiolite


Epidémie de bronchiolite :

protéger son bébé pour éviter la saturation du service de pédiatrie


 

 

Les services pédiatrie/ néonatologie saturés

Alors que l'on connaît actuellement un pic épidémique particulièrement intense de bronchiolite en France, Haguenau n'échappe pas à la règle et dépasse ses capacités d'accueil en pédiatrie et néonatologie, pour flirter avec les 250% de taux d'occupation des lits en soins critiques ou en hospitalisation conventionnelle, avec un pic à 325% vendredi dernier.

Cette crise, qui intervient dans une situation déjà tendue, amène l'ensemble des équipes médicales et soignantes à se mobiliser d'une façon exceptionnelle pour faire face. Leur engagement hors du commun empiète sur leur vie personnelle (heures supplémentaires), des renforts de collègues d'autres pôles du Centre hospitalier sont appelés ou même d'autres établissements pour les gardes médicales. Une solidarité qui illustre une fois de plus l'implication des équipes, « mais on atteint là les limites organisationnelles » précise Dr D. EYER, chef de service pédiatrie. Ces dernières 24 heures, 65 enfants ont été accueillis aux urgences pédiatriques au lieu de 27 en moyenne. Il faut évaluer la gravité de chaque cas et prioriser les prises en charge ce qui peut générer beaucoup d'attente pour certains, d'autant que les pédiatres doivent partager leur temps entre les urgences, la maternité, les soins intensifs de néonatologie, les consultations, et les unités d'hospitalisation conventionnelles.


Comment protéger votre bébé ?

Le pic épidémique devrait intervenir en ce début décembre mais globalement, l'épidémie se poursuivra durant l'hiver. Il est donc important de protéger au maximum les tout petits en respectant des gestes barrières pour limiter les risques de contamination (rappelons que le virus de la bronchiolite se transmet de la même manière que le virus du Covid 19, les mêmes gestes peuvent donc s'appliquer) :

  • Lavage des mains avec de l'eau et du savon ou avec une solution hydro alcoolique avant de s'occuper de son bébé ;
  • Lavage du nez de bébé régulièrement au sérum physiologique ;
  • Aération des pièces au moins 10 minutes par jour ;
  • Limitation des visites au cercle des adultes très proches et non-malades ;
  • Eviter de fréquenter des lieux publics confinés (supermarchés, restaurants, transports en commun, etc.) et privilégier les sorties en extérieur ;
  • En cas de symptômes, porter un masque pour s'occuper de bébé.


Consulter votre médecin généraliste ou pédiatre avant les urgences

La bronchiolite, dans la plupart des cas, peut être prise en charge par la médecine de ville, les médecins de garde, les permanences de soins ou SOS médecins. Un avis hospitalier aux urgences pédiatriques est indiqué pour les bébés les plus petits (<3 mois) et/ou les nourrissons qui s'alimentent très mal (< 50% de la ration habituelle) et/ou les nourrissons atteints de pathologies chroniques (prématurité, malformations cardiaques, etc).

 

 

 


Création d'une 4ème salle dédiée à la cardiologie

 Deux chantiers d'envergure lancés
au Centre hospitalier de Haguenau

 

L'hôpital de Haguenau vient de lancer deux chantiers d'extension conséquents pour accompagner et anticiper l'évolution des besoins en matière de soins critiques et de cardiologie.


Création de 4 chambres supplémentaires de Réanimation


 

 

Pour faire face à l'augmentation des besoins de prise en charge des patients en soins critiques (Réanimation et soins continus), le CHH a choisi de développer sa capacité d'accueil en créant 4 chambres supplémentaires et passer ainsi à 20 lits + 1 lit dit de « déchocage ».

Cette extension nécessite d'importants travaux, puisqu'il s'agit de sur-bâtir le service de néphrologie actuel. Le chantier, entamé en juin se poursuivra jusqu'au 1er trimestre 2023 avec un soin tout particulier porté sur l'intégration architecturale dans le site. Parallèlement aux travaux, un investissement conséquent sera consacré à l'équipement biomédical. L'ensemble des 20 chambres vont bénéficier d'un matériel neuf, performant visant le confort des patients et l'ergonomie des soignants (matelas à air, lits électriques, lève malade, lit à pesée automatique... ).

Le projet, qui s'élève à 820 000 euros (travaux + équipement biomédical) sera également profitable à l'emploi puisque l'équipe médicale et soignante d'environ 65 personnes à l'heure actuelle, se verra renforcée d'une dizaine de personnes.

 

Une passerelle directe entre le service de Néphrologie et l'AURAL

Dans le cadre des travaux d'extension de la Réanimation, le CHH et l'AURAL* en profitent également pour créer une liaison directe et fermée entre les deux bâtiments qui permettra aux patients et aux personnels de transiter confortablement d'un site à l'autre. Par la même occasion, l'AURAL sera raccordé au dispositif de transport par tube pneumatique qui dessert le laboratoire du CHH, ce qui améliorera, accélèrera et simplifiera la transmission des tubes de sang et donc des bilans.

*Association pour l'Utilisation du Rein artificiel en ALsace


Création d'une 4ème salle dédiée à la cardiologie sur le Plateau Interventionnel

 

 

Le plateau technique interventionnel (PTI) regroupe actuellement 4 activités sur trois salles :

  • la cardiologie interventionnelle (coronarographies et angioplasties coronaires avec poses de stent pour désobstruction des artères coronaires),
  • la rythmologie interventionnelle (traitement des troubles des rythmes cardiaques par diverses méthodes : explorations de troubles du rythme, implantations de pace-makers/défibrillateurs, ablations de troubles rythmiques),
  • la chirurgie vasculaire (angioplasties d'artères périphériques)
  • la radiologie interventionnelle (ponctions-biopsies, cimentoplasties vertébrales ...).

 

L'activité cardiologique progresse en nombre et en technicité, nécessitant souvent des interventions longues, ce qui amène progressivement les 3 salles existantes à saturation. Les délais de certaines interventions s'en trouvent par conséquent rallongés.

Par ailleurs, les perspectives de développement à moyen terme de nouvelles activités cardiologiques, qui permettraient aux patients d'Alsace du nord d'être intégralement pris en charge localement et le développement de l'ambulatoire requièrent la création d'une salle supplémentaire dédiée à ces activités.

L'extension permettra de conserver toutes les salles de cardiologie sur le même site, dans une logique d'optimisation des circuits-patients et matériels, et viser ainsi une efficience encore plus forte au niveau du plateau technique. Cette 4ème salle sera par ailleurs équipée des dernières améliorations techniques visant à diminuer l'irradiation des patients tout en bénéficiant d'une meilleure qualité d'image.

Les travaux, dont le coût s'élève à 1.5 million d'euros, se poursuivront jusqu'à l'été 2023. Le projet s'accompagnera de recrutement de personnels dédiés comme des infirmiers ou des manipulateurs en radiologie.

Les deux projets d'extension peuvent entrainer des modifications des circulations habituelles pour les patients, qui seront distinctement indiquées sur place. Merci de leur compréhension.


Suivez le chantier en temps réel

Le chantier de création de la 4ème salle de cardiologie interventionnelle peut être suivi en temps réel grâce à un dispositif photo. Pour visualiser l’évolution, cliquez ici ou scannez le QR Code.


 



Télésurveillance des plaies chroniques en Chirurgie Vasculaire

Déploiement d'un système de
télésurveillance des plaies chroniques
par le Service de Chirurgie Vasculaire

 

 

Plus de 40 % des plaies sont chronicisées depuis plus d'un an, et concernent 4% des plus de 65 ans. De fait, c'est une prise en charge qui se déroule pour l'essentiel en ville, avec nécessité d'un suivi au long cours dans les centres de plaie et cicatrisation.

Dans ce cadre, le Service de Chirurgie Vasculaire du Centre Hospitalier de Haguenau a souhaité mettre en œuvre un dispositif de télésurveillance des plaies chroniques.

Fonctionnant sur le principe de partage de dossiers en ligne, constitués de photographies de suivi et de protocoles de prise en charge, ce procédé a pour objectif de faciliter le lien entre les professionnels de ville (infirmiers et médecins libéraux) et notre centre-expert. L'acquisition des clichés se réalise par les professionnels de ville, via leur smartphone ou tablette. Les données médicales sont sécurisées chez un hébergeur de données agréé ; leurs traitements est conforme au RGPD.

Les avantages de ce nouveau dispositif sont multiples : il limite le déplacement des patients dont l'évolution de la plaie est favorable, tout en permettant une réévaluation régulière par nos équipes spécialisées ; il densifie la surveillance des patients complexes grâce à des contrôles et des adaptations de traitements plus rapprochés ; il contribue au désengorgement des urgences, via la possibilité d'un contact direct au sein du service.

 

  

 

La plateforme Pixacare

En raison de sa simplicité d'emploi, de sa gratuité d'accès pour les utilisateurs externes, et de la proximité géographique de l'entreprise, c'est la plateforme Pixacare qui a été retenue. Cette start'up strasbourgeoise, spécialisée dans le suivi des pathologies cutanées, a effectivement pensé un outil facile d'accès (via les Stores Android ou Apple), fonctionnel grâce à un système de QR Code attribué à chaque patient et fournit par le Service, qui ne nécessite aucun investissement ou autre dépenses pour les utilisateurs de faible volume. Les coûts d'infrastructure sont assumés par le Centre Hospitalier de Haguenau.

 

Quels développements pour l'application et le Service de Chirurgie Vasculaire ?

Sur le versant de l'application, plusieurs évolutions sont en cours d'implémentation : formulaires de suivi, extension des possibilités de partage et de discussion des dossiers, ainsi qu'une analyse de la plaie par intelligence artificielle, pour permettre une quantification de la surface de la plaie et de l'évolution du processus (taux de bourgeonnement...). L'essai clinique de validation de cette IA sera réalisée dans le service de chirurgie vasculaire, à l'automne.

Au sein du niveau du Service de Chirurgie Vasculaire, nous œuvrons également à la création d'un réseau « Plaie et cicatrisation », incluant tous les professionnels de santé impliqués. Une fois consolidé, ce réseau permettra d'organiser des sessions de formations, de recherche clinique, pour aller ensemble vers une amélioration globale de la prise en charge des plaies chroniques.

 

Pour en savoir plus, contactez-nous via le secrétariat de chirurgie vasculaire :

Ouvert du lundi au jeudi, de 8h30 à 12h30 et de 13h30 à 17h.
Le vendredi, de 8h30 à 12h30 et de 13h30 à 16h30.

Mail : Cet adresse mail est protégé contre les spambots. Vous avez d'activer le javascript pour la visualiser.
Tel : 03.88.06.30.96
Fax : 03 88 06 35 07

 


Dispositif COVID : port du masque obligatoire

Dispositif COVID-19 :
port du masque obligatoire